Séances en plénière et panels de discussion

Mercredi, le 7 novembre 2018

Interventions éclair : Partager la sagesse, persister

Écoutez 3 orateurs dynamiques vous parler de ce qui les a inspirés et motivés dans leur travail au fil des dernières années au sein du secteur.

L’agenda anti-pauvreté : où sont les immigrants, les femmes et les personnes racialisées, y compris les autochtones?

Les peuples autochtones, les immigrants, les réfugiés et les groupes racialisés sont surreprésentés parmi les gens affectés par la pauvreté. Ils font face à des désavantages disproportionnés dans les domaines de l’emploi, du logement, de l’éducation, des soins de santé et bien d’autres. Parmi ces groupes, les femmes, les personnes en situation de handicap et les personnes LGBTQ font face aux plus grands désavantages. Sans des mesures explicites et ciblées, une stratégie générale de réduction de la pauvreté n’inclura pas ces populations, qui seront laissées derrière.

Le gouvernement de l’Ontario a lancé un projet pilote portant sur le revenu de base, a approuvé une loi pour la réduction de la pauvreté et a adopté une stratégie anti-pauvreté. Trois groupes de travail mis sur pied par le gouvernement ont créé une feuille de route pour la Sécurité du revenu qui appelle à un changement transformatif de l’assistance sociale et d’autres soutiens au revenu.

Au cours de l’été 2018, le gouvernement fédéral était en train de travailler vers une stratégie nationale de réduction de la pauvreté et une stratégie nationale en matière de logement, qui promettent de rehausser le mieux-être économique à travers le Canada.

Au cours de l’été 2018, le gouvernement fédéral était en train de travailler vers une stratégie nationale de réduction de la pauvreté et une stratégie nationale en matière de logement, qui promettent de rehausser le mieux-être économique à travers le Canada.

Est-ce que les immigrants, les réfugiés, les groupes racialisés et les peuples autochtones ont été pris en considération dans ces plans? Verront-ils un changement réel dans leurs circonstances et dans leurs opportunités dans la vie?

Ce panel explorera le rôle de la société civile, du secteur privé et du gouvernement pour faire avancer un agenda anti-pauvreté équitable et représentatif.

Établissement des immigrants et des réfugiés en Ontario: discussion provinciale et fédérale

Rejoignez les sous-ministres adjoints Cindy Lam et David Manicom pour discuter de l'établissement et de l'intégration des immigrants et des réfugiés en Ontario et à l'échelle nationale.


Description des séances parallèles

Jeudi, le 8 novembre 2018

Table ronde: Le(s) féminisme(s) : où en sommes-nous?

La crise mondiale des réfugiés est une question d’importance pour le féminisme. La migration est une question d’importance pour le féminisme. Sur le plan mondial, presque la moitié des gens en déplacement pour des raisons de sécurité ou de quête d’opportunités sont des femmes et des filles. Elles sont tout particulièrement vulnérables à la violence et à l’exploitation. Elles font face à une double discrimination du fait d’être réfugiées ou migrantes et du fait de leur genre.

Les gouvernements autour du monde et au Canada commencent à appliquer une approche basée sur le genre et inter-sectionnelle dans leurs lois et leurs politiques. Certains, dont le gouvernement du Canada, ont promis un budget équitable du point de vue du genre.

Comment ces promesses peuvent-elles devenir une réalité pour le secteur des services aux immigrants et aux réfugiés de l’Ontario? À quoi cela ressemblerait-il, l’équité pour les organismes centrés sur les femmes, puis pour les femmes et les filles qu’ils servent?

Ce panel explorera l’état de la situation des organismes de la société civile, des syndicats, du secteur privé et du gouvernement quant à l’avancement du féminisme/des féminismes en Ontario et au Canada, ainsi que des opportunités pour faire avancer un agenda féministe partagé.

Table ronde: Le travail précaire : l’économie des petits boulots et le secteur à but non lucratif

Le travail précaire gagne du terrain en Ontario et il est devenu lieu commun. Le travail précaire se caractérise par de bas salaires, peu ou pas d’avantages sociaux, il est souvent de courte durée, à temps partiel ou sur appel, et il n’offre pas de sécurité d’emploi. Malgré des améliorations au marché du travail au cours des derniers cinq ans, tous les travailleurs n’en ont pas bénéficié de manière équitable. La combinaison de la race, du genre et du statut migratoire a un impact sur le type d’emploi, le salaire et bien d’autres choses, y compris pour les personnes ayant un très haut niveau de scolarité.

Dans son ensemble, le secteur à but non lucratif de l’Ontario se trouve parmi les plus grands secteurs d’emploi dans la province. Le travail à temps partiel et précaire a été présent dans le secteur pendant de longues années et il a augmenté au fil du temps. Comment le secteur à but non lucratif de l’Ontario est-il en train de répondre à l’augmentation de l’emploi précaire en son sein? Comment les employeurs du secteur répondent aux disparités disproportionnées liées à la race, au genre et au statut migratoire au sein de la main d’œuvre du secteur?

Les panélistes aborderont ces questions et ils partageront leur vision du travail décent et de ce que les organismes pour la justice sociale peuvent faire pour désamorcer l’idée que le travail précaire est inévitable dans la cadre de l’économie actuelle.