A1
Réinstallation des demandeurs d'asile: solutions du secteur de l'Ontario et du Québec

Un sondage d’opinion réalisé en août 2018 a révélé que la plupart des Canadiens pensaient que nous faisions face à une crise de réfugiés, liée à l’entrée «non officielle» de personnes par la frontière terrestre entre le Canada et les États-Unis. Un autre sondage réalisé en septembre a révélé que trois Canadiens sur quatre étaient favorables à l'accueil de réfugiés. En Ontario et au Québec, le sentiment anti-réfugiés grandit, combiné avec la xénophobie, le racisme et l'islamophobie. Au cours de cette séance, vous entendrez des conférenciers du Québec et de l’Ontario parler des mesures prises par le secteur des services aux réfugiés dans chaque province, quant à la prestation de services aux demandeurs, la collaboration avec le gouvernement pour trouver des solutions et l’élimination de contrevérités préjudiciables.

A2
La promotion de la santé mentale dans le secteur de l’établissement

En 2017, OCASI a lancé son « Mental Health Promotion Guide for Agencies Serving Immigrants and Refugees » (Guide de promotion de la santé mentale pour les organismes au service des immigrants et des réfugiés). Se servant du guide, Newcomer Centre of Peel (NCP) et Rexdale Women Centre ont effectué un projet pilote de quatre semaines titré « Projet pilote relatif au Guide de promotion de la santé mentale ». En réponse, OCASI a demandé aux deux organismes de prolonger le projet pilote et de développer un partenariat formel avec nous pour continuer à tester les lignes directrices, dans le but de :

  1. Permettre aux deux organismes d’adapter les lignes directrices tant sur le plan des organismes (leurs politiques) que sur le plan des travailleurs de première ligne, le tout dans une optique qui fonctionne dans le contexte d’un organisme individuel.
  2. Produire des connaissances transférables sur la manière dont les lignes directrices peuvent être appliquées au sein de différents organismes.
  3. Créer des opportunités pour que les organismes responsables du projet pilote puissent offrir un mentorat organisationnel à d’autres organismes qui choisiraient d’adopter et de mettre en œuvre les lignes directrices dans l’avenir.

Ainsi, nous proposons de partager d’autres organismes d’établissement nos constats avec afin qu’ils puissent envisager une transition basée sur des connaissances et un mentorat sur le mieux-être mental du personnel et des clients. Cette séance est considérée comme une étude de cas.

Animateurs

Effat Ghassemi est impliquée auprès des communautés immigrantes et réfugiées depuis 1990. Sa carrière professionnelle est vouée à soutenir les nouveaux arrivants au Canada dans le cadre de leur établissement et intégration. Elle fait preuve de détermination et de passion dans ses contributions à bâtir une collectivité accueillante à Mississauga et dans le reste du Grand Toronto. Son travail communautaire a touché des milliers de familles de nouveaux arrivants, leur offrant conseil et soutien autour de questions d’emploi, de démarrage d’affaires, d’éducation continue, de développement de réseaux et d’autres questions liées à l’établissement. Elle plaide sans répit pour l’égalité des genres et pour l’harmonie raciale. Elle s’efforce d’accroître l’inclusion sociale et l’innovation comme autant de moyens pour la durabilité des services essentiels. Elle est fermement engagée envers la compassion et la justice sociale pour les gens les plus désavantagés au sein de notre communauté, tout particulièrement les femmes et les enfants. Elle est conférencière motivationnelle, mentor et modèle de rôle auprès de ses pairs et des communautés immigrantes. Elle a décroché une maîtrise en Études sur l’immigration et l’établissement à l’Université Ryerson. Elle réalise actuellement un doctorat, travaillant sur le thème du développement de l’identité et du mieux-être mental des jeunes nouveaux arrivants.

Fatima Filippi a travaillé dans les secteurs des services aux immigrants et aux femmes depuis 1982. Elle est la Directrice générale de à Rexdale Women's Centre (RWC), un organisme qui sert plus de 12 000 personnes par année. Elle a travaillé avec des membres du personnel et avec des CA culturellement divers pour mettre à l’œuvre des programmes d’établissement, d’orientation, de formation en anglais, d’intervention en situations de crise, et pour contrer la violence faite aux femmes et aux enfants.

A3
Comment communiquer de manière efficace avec des gens de différents âges, genres et cultures

La recherche montre que 60% du temps d’un leader est voué à la communication. Pour beaucoup de gens, la communication efficace auprès de groupes variés selon l’âge, le genre et la culture peut être une tâche difficile. Cet atelier s’attaque à de telles difficultés et identifie les 7 lois de la communication offrant aux participants les outils nécessaires pour créer des environnements encore plus sécuritaires dans leur milieu de travail afin que tout le monde puisse s’exprimer ouvertement. L’atelier offre aux participants des outils pour communiquer honnêtement, ouvertement, respectueusement et directement. Ils pourront communiquer avec tout le monde avec une confiance sereine et une force sûre, sans peur de dépasser des limites.

C’est un atelier interactif impliquant un haut niveau de participation des gens dans la salle. Il inclut une présentation en diapositives, des séances de questions et réponses et une discussion de situations réelles auxquelles les participants font face.

Animateur

Ahmad Duranai est architecte, coach certifié et auteur à succès. Il a plus de 25 ans d’expérience en architecture et en tant que propriétaire et coach principal de Duranet Enterprises. Il a animé des séminaires et des ateliers en matière de compétences de leadership et communication, de développement personnel et d’engagement dans le milieu de travail. Il est le Maître formateur de Verbal Aikido. Il a offert de la formation aux secteurs à but lucratif et sans but lucratif, y compris aux Nations Unies et à des banques internationales, et il a fait des présentations à des universités. Ahmad est un activiste communautaire et il a fait du bénévolat au sein de conseils d’administration sans but lucratif depuis 25 ans. Il est récipiendaire du Prix du Lieutenant-Gouverneur 2013 et de la Médaille en Humanités et en Justice sociale.

A4
L’avantage de la compétence interculturelle. Comment puiser au meilleur de la diversité culturelle tout en répondant à la discrimination systémique

La diversité culturelle est désormais amplement reconnue comme un atout pour les organisations et les compagnies. Cependant, elle peut aussi susciter des mésententes et du conflit dans le milieu de travail.

Les participants :

  • Exploreront des concepts telle la culture, la diversité et la compétence interculturelle.
  • Évalueront leur propre cadre de référence culturel et apprendront comment les suppositions affectent leurs interactions au quotidien.
  • Identifieront des éléments culturels dans leur milieu de travail qui peuvent affecter les organisations, les individus, ainsi que les relations avec leurs clients.
  • Amélioreront leurs connaissances d’outils de compétence interculturelle qui peuvent être utilisés dans leurs interactions avec autrui.
  • Prendront connaissance de stratégies de communication et de pratiques exemplaires pour les milieux de travail culturellement divers.
  • Exploreront les relations entre les dynamiques de pouvoir, les privilèges situationnels et la discrimination systémique.
  • Recevront du soutien pour bâtir leur propre entreprise sociale ou service de compétence interculturelle.

Stratégies d’animation : discussion d’études de cas du secteur de l’établissement et test de communication.

Animateur

Michele Manocchi travaille au Cross Cultural Learner Centre à London, Ontario, comme Spécialiste en éducation interculturelle et il coordonne, développe et livre le programme « Intercultural Competency Advantage ». Michele détient un doctorat en Recherche sociale comparative, effectué en Italie, son pays d’origine. Il est également membre du Centre for Research on Migration and Ethnic Relations à l’Université Western et il collabore avec l’Université Ryerson. Ses principaux intérêts de recherche sont l’évaluation; l’éducation interculturelle; les migrants sans statut et les politiques de ville sanctuaire; les systèmes de réception des réfugiés; les services d’établissement et les politiques sociales pour les réfugiés et les migrants; les processus d’étiquetage et les pratiques de résistance.

A5
Assurer un accès équitable des familles migrantes à l’Allocation canadienne pour enfants

Cet atelier examinera comment les familles sans statut migratoire régularisé sont exclues de manière inéquitable de l’Allocation canadienne pour enfants (ACE), un avantage livré via les impôts et dont le but est de répondre à la pauvreté infantile. Les règles d’admissibilité seront expliquées et l’impact de l’exclusion sera exploré, y compris l’impact principal sur les femmes, dont les femmes racialisées et immigrantes vivant à faible revenu et leur famille. On explorera aussi comment cela force des femmes à rester dans des relations abusives, l’approfondissement des écarts en matière de pauvreté et des inéquités de genre et raciales, et la création d’obstacles importants à un établissement réussi. L’atelier abordera comment les cliniques juridiques communautaires se sont organisées et ont milité pour contester la loi en vue d’assurer un accès égalitaire à l’ACE sur plusieurs fronts.

Les participants auront une meilleure compréhension de l’ACE et de son importance pour répondre à la pauvreté des familles migrantes; des impacts dommageables et discriminatoires du refus d’accorder l’ACE; et des stratégies qui peuvent être utilisées pour répondre à une telle discrimination.

L’atelier comprendra un exposé, des études de cas et des discussions en groupe.

Animateurs

Avvy Go est la Directrice de la Chinese and Southeast Asian Legal Clinic. Elle a travaillé pendant des décennies dans le système de cliniques juridiques, servant des clients à faible revenu aux prises avec des obstacles linguistiques et culturels qui affectent leur accès au système juridique. Elle est conseillère au Barreau du Haut-Canada et arbitre à temps partiel à la Commission d’appel et de révision des professions de la santé et à la Commission d’appel et de révision des services de santé. Outre sa pratique en droit, Avvy consacre une grande partie de son temps à l’organisation et au plaidoyer communautaires.

Marie Chen est avocate-conseil à l’Income Security Advocacy Centre ou elle travaille sur des causes type et des litiges en matière de droits de la personne et relatifs à la Charte, afin de répondre à des problèmes systémiques dans les programmes provinciaux et fédéraux en matière de sécurité du revenu. Elle a une ample expérience en droit constitutionnel et en droits de la personne et elle a participé à des initiatives de plaidoyer et de réforme judiciaire dans le cadre de forums canadiens et internationaux.

A6
La gestion financière en temps troubles

Le bien-être financier de votre organisme repose en dernière analyse sur votre conseil d’administration. Cependant, le Directeur ou la Directrice générale est responsable de la gestion et du contrôle de l’organisation au quotidien, de concert avec le personnel. Grâce à des discussions en groupe et à des études de cas, les participants à cette séance auront une meilleure compréhension de la gestion et du contrôle des finances, ainsi que de comment partager et communiquer des renseignements financiers à votre CA.

Voici quelques aires spécifiques d’apprentissage :

  • Comment développer votre budget organisationnel et présenter votre budget annuel à votre CA pour approbation.
  • Comment utiliser des rapports financiers pour monitorer vos finances tout au long de l’année.
  • Les indicateurs de la santé financière d’une organisation.
  • La gestion du flux de trésorerie.
  • Les contrôles financiers.

Animateur

Eric Plato est un CPA, CMA œuvrant dans le secteur sans but lucratif depuis plus de 25 ans. Il a travaillé avec des organisations dont le budget variait entre moins de 50 000$ et plus de 100M$. Eric a siégé à des conseils d’administration de plusieurs organisations sans but lucratif. Il est actuellement le Directeur des finances et des opérations à Operation Smile Canada et il siège au CA de North York Community House comme trésorier. Il a livré de nombreux ateliers sur le thème de la budgétisation et de la gestion financière auprès du secteur. Eric a un talent spécial pour rendre la gestion financière claire et compréhensible pour les personnes qui ne sont pas dans le milieu des finances.

A7
Du travail décent pour les femmes dans le secteur à but non lucratif de l’Ontario

Les caractéristiques, les défis et les tendances typiques du secteur à but non lucratif ont un impact significatif sur sa main d’œuvre, composée de 80 % de femmes. Cependant, nous savons très peu sur comment les femmes se portent au sein du secteur. Comment les défis qui affectent les femmes dans l’ensemble du marché du travail se manifestent-ils particulièrement dans le secteur? Et quel est leur impact sur la diversité des femmes qui y travaillent (par exemple, la brèche salariale entre les sexes, les « plafonds de verre », et les « tuyaux de leadership percés »)? Étant donné les intersections critiques entre la main d’œuvre, le secteur sans but lucratif et les femmes, l’Ontario NonProfit Network (ONN) est en train d’explorer ces questions en utilisant une approche de genre inter-sectionnelle dans le cadre de son mouvement pour un travail décent. Lors de cet atelier, nous inviterons les participants à penser à quoi cela ressemblerait, un travail décent pour les femmes dans leur sous-secteur. Nous présenterons les constats de nos activités de recherche sur les expériences de travail des femmes dans le secteur à but non lucratif de l’Ontario et, avec les participants, nous chercherons des stratégies et des solutions pour le changement sur le plan organisationnel, du réseau et des politiques.

Animateur

Pamela Uppal. Depuis 10 ans, Pamela œuvre à connecter la théorie et la pratique sur trois fronts : des initiatives de recherche, les services de première ligne et les discussions en matière de politiques. Elle a dirigé une organisation à but non lucratif à l’Université de Toronto; elle a été travailleuse de première ligne dans les services à la famille; elle a aidé à bâtir les capacités en matière de diversité, d’équité et d’inclusion dans la région de Peel, et elle a entamé plusieurs projets de recherche explorant des questions de genre dans la communauté sud-asiatique. Actuellement, elle dirige un projet à l’Ontario NonProfit Network qui explore les expériences de travail des femmes dans le secteur sans but lucratif. Pamela est aussi animatrice d’activités de groupe et membre du CA de Laadliyan. Elle détient une maîtrise en Études des femmes et Recherche féministe de l’Université Western.

B1
Les expériences d’établissement des femmes, jeunes et aînés immigrants au Canada : une analyse inter-sectionnelle

Cet atelier vise à présenter les constats préliminaires du projet « Immigrant Women, Youth and Seniors (IWYS) : Settlement Outcomes – Services Connection » (Les femmes, les jeunes et les aînés immigrant : résultats d’établissement, connexion aux services) ainsi que le projet « Understanding Syrian Newcomers’ Acculturation » (comprendre l’acculturation des nouveaux arrivants syriens). Les chercheurs espèrent également consulter les directrices et directeurs généraux à propos des prochaines étapes de leur recherche.

Dans le cadre de ces deux projets, les chercheurs sont en train d’étudier les expériences d’établissement des immigrants au Canada dans leur diversité d’âges et de genres. Premièrement, les chercheurs du projet IWYS présenteront leurs constats de recherche secondaire sur les résultats d’établissement et les services pour les femmes, les jeunes et les aînés immigrants. Deuxièmement, on présentera une étude de cas qui porte sur des jeunes adultes syriens à Windsor. Les participants bénéficieront de deux manières par rapport aux deux projets :

IWYS :
Acquérir des connaissances globales sur le paysage national en matière d’établissement et de services par rapport aux trois groupes, et avoir l’occasion de partager leurs expériences organisationnelles et personnelles, contribuant ainsi à la recherche.

Étude de cas de Windsor :
Apprendre en quoi les constats de la recherche diffèrent de certaines des perceptions communes de l’expérience des immigrants au Canada, tout en discutant d’un cadre positif qui met en lumière des succès de la société d’accueil et des immigrants. Après de brèves présentations, les participants à l’atelier auront une discussion en groupe qui aidera à capturer leurs expériences et leurs idées à propos de ce qui aide à faciliter l’établissement des nouveaux arrivants au Canada.

Animateurs

Adnan Türegün est le Directeur de CERIS, un partenariat universitaire-communautaire-gouvernemental pour la recherche et la mobilisation du savoir. Il dirige le projet sur les femmes, jeunes et aînés immigrants (IWYS) avec un groupe chercheurs de l’Université Ryerson, de l’Université de Toronto et de l’Université York.

Naolo Charles est le Responsable de l’Échange de connaissances pour le projet IWYS, travaillant de près avec trois équipes de recherche pour développer et mettre en application des stratégies, des outils et des activités de mobilisation du savoir efficaces.

Riham Al-Saadi réalise un doctorat en Travail social, sa thèse portant sur l’acculturation et les populations immigrantes. Elle est actuellement coach et mentor au Multicultural Council of Windsor-Essex, ayant travaillé auparavant auprès de réfugiés au cours de leur première année de réinstallation à Windsor, abordant divers aspects de leur établissement. Elle travaille actuellement en pratique privée à Transparency Counseling Services, où un counseling est offert et livré tant en anglais qu’en arabe, spécialisé en problèmes émotionnels et sociaux, ainsi qu’en stress lié à l’immigration. Riham compte des années d’expérience en recherche comme bénévole, étudiante et employée et elle fait partie de groupes locaux de recherche.

B2
Recommandation de femmes immigrantes pour la réforme des politiques de travail

Depuis avril 2017, un groupe de plus de 200 travailleuses immigrantes bangladaises ont été engagées dans un projet sur la vie civique financé par Condition féminine Canada. Le projet avait pour but de rehausser la participation des femmes immigrantes à la vie civique canadienne. Le financement pour le projet a été offert à COSTI Immigrant Services dans le cadre de son mandat d’aider les nouveaux arrivants à apprendre davantage sur la société canadienne et à y participer pleinement. Les femmes ont été recrutées et activées pour ce projet par le partenaire de COSTI dans la communauté ciblée, South Asian Women’s Rights Organization (SAWRO).

SAWRO effectuera une présentation pour discuter des questions liées aux changements à la loi et aux politiques en matière de travail dont ont besoin les femmes immigrantes bangladaises travaillant dans des emplois précaires à faible salaire. La présentation abordera les expériences vécues par ces femmes immigrantes dans le marché du travail précaire, leurs compétences et l’expérience ayant été dévalorisées malgré le fait d’être venues au Canada en tant que immigrantes qualifiées. L’atelier soulignera le besoin d’une réforme du marché du travail sur la base des besoins des femmes immigrantes racialisées qui cherchent l’équité, dont les avantages sociaux liés au travail (assurance emploi, maternité, garde d’enfants, etc.).

Animateur

Sultana Jahangir a été travailleuse en services sociaux, travailleuse sociale et activiste pour la justice sociale pendant 25 ans au Bangladesh, aux États-Unis et au Canada. Après avoir immigré au Canada, elle a vécu dans l’est du Danforth à Toronto, une aire qui compte une haute concentration de femmes immigrantes à faible revenu, créant la South Asian Women’s Rights Organization (SAWRO). Depuis 2007, elle est la Directrice générale de SAWRO. Sous son leadership, SAWRO a développé des programmes efficaces pour réduire la pauvreté au sein de la communauté et pour autonomiser les femmes et les filles. Sultana détient une maîtrise en Sciences politiques et sociales de l’Université de Dhaka et elle a rehaussé ses compétences grâce à des formations supplémentaires aux États-Unis et au Canada.

B3
Nous sommes tous signataires des Traités

Il est préoccupant que la plupart des gens nés au Canada ne connaissent pas l’histoire des peuples autochtones au Canada et de leurs nombreuses contributions à notre pays. De manière semblable, il n’existe pas une pratique commune d’informer les nouveaux arrivants au Canada sur l’histoire autochtone. Parmi les 94 Appels à l’action de la Commission de vérité et de réconciliation, il y en a deux qui se rapportent spécifiquement aux nouveaux arrivants : des changements à la trousse d’information à l’intention des nouveaux arrivants et des changements au Serment de citoyenneté pour respecter les Traités. Mais cela n’est que le début de ce qu’on peut faire, en tant qu’organismes au service des immigrants, pour assurer que les immigrants au Canada n’aient pas seulement des connaissances mais aussi une compréhension et une appréciation de l’histoire et des droits des peuples autochtones.

Dans le cadre de cette séance, nous aborderons la nouvelle vidéo et les nouveaux matériels de discussion commandités par le Conseil national d’établissement et préparés par des cinéastes autochtones et des consultants des organismes d’établissement pour remédier à cette lacune de connaissances. Par la suite, nous aurons une discussion animée pour répondre à la question : que pouvons-nous faire de plus pour faire avancer la cause de la réconciliation au sein de notre propre organisation?

Animateurs

Margaret Eaton est, depuis 2012, la Directrice générale du Toronto Region Immigrant Employment Council (TRIEC), un conseil regroupant de nombreuses parties prenantes et qui rassemble des leaders pour créer et promouvoir des solutions pour mieux intégrer les immigrants au marché du travail du Grand Toronto. Avant cela, elle a été Présidente d’ABC Life Literacy Canada et elle a joué des rôles de leadership dans les domaines des arts et de la culture. En 2012, elle a reçu la Médaille de diamants du Jubilée pour ses contributions en matière d’alphabétisation et de culture. Elle est une colonne qui s’efforce de trouver des manières de soutenir les peuples autochtones dans leur quête de l’autodétermination et elle croit de tout cœur que nous avons tous un rôle à jouer en soutien à cet objectif.

Mario J. Calla, BA, MSW, est le Directeur général de COSTI Immigrant Services depuis 1987. COSTI es un organisme de services communautaires qui offre une ample gamme de services aux immigrants et aux réfugiés dans le Grand Toronto depuis 1952. Mario est impliqué dans sa communauté en tant que bénévole. Il est Président passé de Social Planning Toronto, il siège au Conseil d’administration de TRIEC dont il préside le Comité de développement et de gouvernance du CA, il a servi comme vice-président de l’Ontario Council of Agencies Serving Immigrants, comme vice-président de Service Social International Canada et il siège actuellement au CA de Catholic Children’s Aid Society of Toronto, entre autres. Mario a siégé à la Table ronde ministérielle sur l’accès équitable aux professions réglementées et au Groupe consultatif ministériel de la santé mentale et de la lutte contre les dépendances de la province de l’Ontario. Mario a été récipiendaire du Prix du Champion de l'aide aux nouveaux arrivants, décerné par la Province de l'Ontario, des Médailles du jubilée d'or et de diamant de la Reine Elizabeth II et du Prix Calabria-America à Taurianova, Italie.

B4
Utiliser les médias sociaux pour favoriser une culture d’engagement dans votre organisation

Comment les médias sociaux peuvent-ils être utiles pour notre organisation?

  1. Utiliser les médias sociaux pour créer en sentiment de communauté.
  2. Utiliser les médias sociaux pour créer un environnement de soutien.

MAIS : sommes-nous prêts à établir une présence dans les médias sociaux?

Conclusion : une culture organisationnelle de l’engagement est clé pour être efficaces dans les médias sociaux.

Questions à prendre en considération :
Y a-t-il une culture d’interrelation parmi les membres de votre personnel? À quel point ont-il des liens avec la communauté au-delà de votre organisation?
Y a-t-il une culture du plaidoyer dans votre organisme qui cherche à assurer que diverses voix soient entendues?

Résultats d’apprentissage :
Les participants apprendront à évaluer si leur culture corporative est prête pour soutenir une présence dans les médias sociaux, et comment développer une programmation qui marche de concert avec une stratégie pour les médias sociaux.

Méthodes d’animation : cet atelier combinera des présentations théoriques et des activités en groupe.

Animateurs

Jennifer Yip est une penseuse enthousiaste, curieuse and créative qui travaille comme Gestionnaire des Programmes pour les jeunes et du Marketing en médias numériques au Centre for Immigrant and Community Services (CICS). Elle a fait partie de l’équipe de mise au point de la stratégie de médias sociaux de CICS et elle a établi plusieurs plateformes à succès conçues pour l’engagement des jeunes. Auparavant, Jennifer avait créé de nombreuses campagnes de médias sociaux à succès en tant que Gestionnaire des médias sociaux indépendante pour Poke Guys Toronto. Elle partage actuellement sa passion pour les médias numériques et pour le plaidoyer pour les jeunes nouveaux arrivants dans son rôle comme co-présidente du Newcomer Youth Service Providers Network du Partenariat local en matière d’immigration (PLI) de la région de York. Avant de prendre son rôle à CICS, Jennifer a été Directrice des Relations publiques (2013-2014) et Éditorialiste (2012-2013) pour la Sociology Undergraduate Student Association de l’Université York, ainsi que leader académique en ligne pour le YU START New Student Transition Program à l’Université York, un programme récipiendaire de prix. Elle est aussi fière graduée du programme d’United Way nommé Creative Institute for Toronto’s Young (CITY).

Jayne Ramosis est une travailleuse de première ligne de services sociaux passionnée, avec un parcours documenté tant comme travailleuse que comme bénévole dans le domaine de la santé et des services sociaux. Jayne est actuellement Travailleuse d’établissement pour les jeunes au Centre for Immigrant and Community Services (CICS). Avant son emploi à CICS, Jayne a travaillé tant dans des contextes cliniques que communautaires auprès des aînés, dont plusieurs faisaient face à des maladies neurodégénératives ou à de handicaps physiques. De plus, elle a fait du bénévolat pendant de longues années auprès des enfants, notamment à des hôpitaux de renommée internationale tel le Hospital for Sick Children (SickKids) et le Holland-Bloorview Kids Rehabilitation Hospital. Son savoir et ses expériences lui ont permis de développer des habiletés de planification et mise en œuvre de programmes, animation de groupes et counseling de soutien auprès d’individus aux divers types de capacités, appartenances culturelles et groupes d’âge. Dans son rôle comme Chef d’équipe et comme Coordonnatrice du projet pilote d’entrepreneuriat chez les jeunes nommé « CICS Virtual Company », Jayne s’efforce d’explorer des manières d’aider davantage les autres à apprendre, à grandir et ultérieurement à inspirer l’autonomisation.

Sarmini Vettrivelu est Travailleuse sociale autorisée, artiste et Travailleuse d’établissement pour les jeunes au Centre for Immigrant and Community Services (CICS), où elle travaille à la planification de programmes, à l’animation de groupes et aux initiatives de liaison communautaire pour aider les nouveaux arrivants dans leur transition en contexte de changement. Sarmini a de l’expérience en psychothérapie, bien-être de l’enfance, services hospitaliers, réduction de méfaits, counseling en situation de crise et services dans le domaine de l’autisme. En tant qu’apprenante et activiste de toute une vie, sa passion inclut le plaidoyer en matière de santé mentale et l’intersection de la justice sociale et de l’expression créative de soi.

B5
Le VIH et la loi pour les organismes d’établissement

Cet atelier offrira un survol des connaissances scientifiques sur le VIH, de la stigmatisation affectant les personnes vivant avec le VIH, et des questions juridiques liées au VIH. La discussion du VIH et de ses liens avec la loi inclura les droits de la personne, la divulgation (selon le droit criminel et la santé publique), le dépistage, l’immigration et l’asile, et les renseignements privés.

Les participants auront une meilleure compréhension du VIH, de la stigmatisation, des lois relatives au VIH, des services juridiques gratuits de HALCO, et du rôle de travailleurs communautaires en soutien aux clients qui vivent avec le VIH. Les participants à l’atelier recevront un ensemble de ressources (dont des diapositives PowerPoint) et d’information qui susciteront des questions et le dialogue.

Animateur

Jill McNall est auxiliaire juridique communautaire à la HIV & AIDS Legal Clinic Ontario (HALCO) depuis 2007. HALCO offre des services juridiques gratuits aux personnes vivant avec le VIH et le sida en Ontario. Avant de se joindre à HALCO, Jill a passé de nombreuses années à Willowdale Community Legal Services (WCLS) à Toronto. Bien qu’elle soit avant tout une auxiliaire juridique communautaire, Jill est parajuriste autorisée depuis 2008. Elle détient un B.A. de l’Université de Toronto et elle parle l’espagnol comme langue seconde.

B6
La gestion de données

L’an passé, plus de 7 000 publications comprenaient la phrase « les données sont le nouveau pétrole ». Un accès rehaussé à cette ressource permettrait aux organismes sans but lucratif de mieux intégrer leurs services et de garder un registre des résultats, tout en plaidant plus efficacement pour répondre aux facteurs à la source des problèmes sociaux. Une bonne partie des données qui faciliteraient ces changements est détenue par le gouvernement, et elle est actuellement hors portée pour le secteur à but non lucratif. Pour matérialiser ces opportunités, il faudra des changements aux politiques qui déterminent quelles données sont cueillies et partagées, avec qui elles peuvent l’être et sous quelles conditions. Et, bien sûr, ces changements impliquent tant des bénéfices que des risques! OCASI et Powered by Data sont en train de travailler ensemble comme membres d’une coalition de plus de 50 groupes de la société civile dans le développement d’un agenda de politiques autour de cette question. Cette séance interactive présentera les constats initiaux du processus de recherche et consultation de notre coalition et invitera les participants à aider à donner forme aux recommandations pour les politiques futures en matière de partage de données en Ontario.

Animateur

Jon McPhedran est passionné de rassembler plusieurs parties intéressées autour du projet d’un secteur social qui soit habilité par des données, et il s’engage à faciliter la participation équitable pour ceux qui ont différents niveaux de pouvoir et qui occupent différentes positions. L’expérience professionnelle de Jon inclut des rôles de leadership dans plusieurs domaines des services communautaires, du développement international et de la consultation en gestion. Jon a récemment complété une Bourse Jean Sauvé, et il a passé 4 ans à la direction de Head and Hands à Montréal. Jon a travaillé également avec McKinsey & Company à Montréal et avec Ashoka à Berlin, et il a été consultant auprès de clients des secteurs public, privé et social.

B7
Créer collectivement un accès inclusif

Cette présentation explorera comment des parties intéressées de différents secteurs ont établi le Durham Region Accessibility Awareness Working Group (DRAAW, ou Groupe de travail de la région de Durham pour la prise de conscience en matière d’accessibilité) afin de soutenir les gens de tous types de capacités et diversités (y compris les nouveaux arrivants, les immigrants et les réfugiés). Grâce au programme Allies in Accessibility, d’OCASI, le DRAAW a bâti les capacités dans la région de Durham, augmentant l’accès aux services et connectant les prestataires de services et les utilisateurs de services en rehaussant le niveau de conscience, la participation active, le référencement et le partage d’information.

Les participants auront l’occasion de partager leurs propres pratiques exemplaires et expériences d’amélioration de l’accessibilité aux services et de travail collaboratif pour bâtir des collectivités inclusives. Nous partagerons aussi les apprentissages faits alors que nous développions notre groupe de travail de niveau régional. L’information partagée servira à créer ensemble des outils permettant aux organismes de mieux favoriser la livraison de services inclusive et l’accès sans obstacles pour des individus divers ayant des handicaps visibles e invisibles.

Animateurs

Hermia Corbette a travaillé dans le secteur gouvernemental et à but non lucratif. Pendant plusieurs années, elle a travaillé dans la recherche, le développement et le lancement de programmes d’emploi pour les jeunes, le développement communautaire, les services aux nouveaux arrivants, la médiation de conflits, la construction de partenariats et l’engagement communautaire. En tant que gestionnaire de Welcome Centre Immigrant Services à Ajax, elle collabore avec un ample réseau de partenaires qui offrent des services de formation linguistique, de conseil en emploi, d’établissement, d’intégration sociale et d’autres supports gouvernementaux et communautaires à des gens qui viennent de faire du Canada leur foyer. Hermia agit actuellement à titre de Championne du projet Allies in Accessibility, d’OCASI, pour la région de Durham et elle est co-présidente du Durham Region Accessibility Awareness Working Group (DRAAW).

Pam DeWilde est Gestionnaire de Welcome Centre Immigrant Services à Pickering. Après avoir vécu pendant des années dans divers pays à travers le monde, la passion de Pam pour son travail dans le secteur de l’établissement reflète sa gratitude pour l’accueil qu’on lui a offert lors de son propre vécu de l’établissement. Pam a commencé à soutenir les nouveaux arrivants à Durham comme Coordonnatrice de l’Inter-Church Immigrant Support Group, et comme Représentante des groupes religieux et culturels au sein du Conseil local de diversité et d’immigration de Durham. Avant de gérer le Welcome Centre, Pam a travaillé pour World Renew, un Signataire d’entente de parrainage de niveau national, aidant des groupes de parrainage privé de réfugiés partout au Canada. Pam est co-présidente du Durham Region Accessibility Awareness Working Group (DRAAW).

C1
Rehausser les capacités de votre Conseil d’administration en matière de plaidoyer

Certaines organisations ont éprouvé des difficultés à être actives autour de politiques qui ont un impact sur leurs participants. Souvent, il semblerait que le CA soit préoccupé lorsqu’on entame des activités de sensibilisation publique, de lobbying ou de plaidoyer. Cet atelier permettra de désamorcer brièvement les préoccupations liées au cadre législatif (ARC et Registre des lobbyistes de l’Ontario) et de partager quelques bonnes pratiques et outils pour aider les CA à créer, approuver et monitorer un Comité de plaidoyer ou un Comité de politiques du CA. Un tel comité pourra offrir une supervision à la gouvernance et mettre en lumière cette fonction clé, à l’instar du Comité des finances du CA qui supervise les finances. Deux organisations de différentes régions de l’Ontario partageront leur expérience et il y aura une discussion en table ronde pour que les participants puissent parler de la situation de leur organisme dans le cadre d’un modèle de maturité pour le plaidoyer. Cet atelier est destiné aux directrices et directeurs généraux qui offrent du soutien et du rehaussement des capacités à leur CA.

Animateur

Bill Sinclair est un travailleur social et Directeur général de St. Stephen's Community

House à Toronto. Bill a siégé au CA d’OCASI et de CERIS et il est actif à des tables sectorielles dont le PLI de Toronto Sud, le RLISS de Toronto Centre, l’ONN et les Toronto Neighbourhood Centres. Bill est fier du fait que son organisation ait entamé des actions publiques autour d’un ample éventail de questions dont celle du Travail décent.

C2
Le genre et le secteur de l’établissement : séance close pour les femmes

Dans le cadre de cet atelier seulement pour les femmes, nous explorerons les défis auxquels font face les organisations menées par des femmes et centrées sur les femmes. Nous présenterons des données, des études de cas et d’autres matériels pertinents sur les femmes dans le secteur à but non lucratif et nous effectuerons des comparaisons par rapport aux femmes dans d’autres secteurs. Nous explorerons l’intersection entre le genre et la race et comment cela impacte les organisations menées par des femmes et centrées sur les femmes dans leur effort d’atteindre l’équité. Spécifiquement, grâce à une présentation sous forme de panel, nous explorerons et discuterons de problèmes liés aux salaires, au financement des organisations, au harcèlement et à la violence dans le milieu de travail/secteur, à la misogynie et au sexisme dans le secteur et à la transphobie.

Sur la base des constats et des problèmes identifiés, nous formulerons des recommandations et proposerons un plan d’action pour le changement.

Animateurs

Marcie Ponte est Directrice générale de Working Women Community Centre. Marcie compte 45 ans d’expérience travaillant dans des organismes sans but lucratif et des syndicats. Au cœur du travail pionnier de Marcie en matière de développement communautaire, il y a eu les besoins souvent invisibles et le potentiel souvent négligé des femmes et des filles dans les communautés diverses de Toronto. Marcie a été leader dans le mouvement des femmes immigrantes plaidant pour les organisations de première ligne multi-ethniques et multiraciales menées par et pour des femmes immigrantes.

Dr. Sudip Minhas est la Directrice générale de Windsor Women Working with Immigrant Women (W5). Elle travaille pour W5 depuis 10 ans. Elle a siégé à des nombreux conseils d’administration dont celui du South Asian Centre et elle siège actuellement à ceux d’OCASI et de Logical Outcomes. Elle a aussi enseigné à l’Université de Windsor. Elle est membre active du Partenariat local en matière d’immigration, ayant siégé à son premier comité exécutif. Elle a fait des présentations à divers forums sur l’immigration, l’établissement et les questions affectant les nouveaux arrivants. Avant de venir au Canada, elle a enseigné la Théorie féministe, les Études culturelles et la Politique des identités pendant 19 ans à l’une des universités les plus importantes de l’Inde.

Fatima Filippi a travaillé dans les secteurs des services aux immigrants et aux femmes depuis 1982. Elle est la Directrice générale de à Rexdale Women's Centre (RWC), un organisme qui sert plus de 12 000 personnes par année. Elle a travaillé avec des membres du personnel et avec des CA culturellement divers pour mettre à l’œuvre des programmes d’établissement, d’orientation, de formation en anglais, d’intervention en situations de crise, et pour contrer la violence faite aux femmes et aux enfants.

C3
L’art de guérir pour le mieux-être personnel et organisationnel

The Art of Healing for Personal and Organizational Wellness (L’art de guérir pour le mieux-être personnel et organisationnel) est parfait pour soutenir le personnel et les gestionnaires pour répondre effectivement aux divers besoins de leurs clients, tout en profitant d’une santé mentale, émotionnelle, physique et spirituelle maximale. Cet atelier donne accès à des concepts simples qui rehaussent la conscience et à des outils/techniques pratiques qui répondent aux expériences vécues par les travailleurs de première ligne lorsqu’ils s’occupent des besoins de leurs clients.

Cet atelier se concentrera sur les implications du stress continu, utilisant des arts anciens de guérison pour aider à mitiger son impact. Nous offrons une approche intégrée à l’intendance de soi pour soutenir et renforcer la résilience et la durabilité de l’intervenant.

Notre approche d’apprentissage holistique utilise les méthodologies de formation suivantes afin d’atteindre ses objectifs :

  • Nous utiliserons un style conversationnel d’instruction, des séquences vidéo, des activités de groupe, des mouvements corporels, de la respiration consciente et des étirements.

À la fin de la série, les participants auront :

  • Appliqué de manière pratique un modèle prouvé de conscience de soi et compris son importance pour le soin de soi (intendance de soi).
  • Utilisé des techniques de base des arts de la guérison pour minimiser le stress, privilégiant un rapport différent à leur corps et à leurs pensées (connexion corps-esprit).
  • Éprouvé le pouvoir du mouvement comme outil pour l’expression créatrice afin de se débarrasser de la tension mentale, émotionnelle et physique et de créer de l’harmonie.

Animateurs

Natasha Eck co-facilite les divers programmes pour les jeunes de SWI et elle est aussi une spécialiste en mouvement pour The Art of Healing for Personal and Organizational Wellness. Natasha est éducatrice et praticienne des arts au Conseil scolaire de district de Durham. Elle a créé et animé des programmes d’arts créatifs pour des communautés locales pendant plus d’une décennie. Elle est graduée de l’Université York avec un baccalauréat en beaux-arts en Dance et un baccalauréat ès arts en Éducation. Natasha a offert des ateliers de dance, de formation de comédiens et de théâtre musical pour des organismes tels Dance Immersion, Arts Starts, Dusk Dances, Canadian Opera Company, Moyo Wa Africa Collective et le programme Rites of Passage de Woodgreen. Plus récemment, Natasha a effectué une résidence artistique pour le Festival TDSB Creates 2018, et comme spécialiste de la danse pour l’Initiative Dansons Ensemble du Ballet National du Canada.

Tanika Riley est graduée du Programme SLT au sein de Sacred Women International. Tanika est une agente de changement communautaire, éducatrice, artiste, bâtisseuse de la ville et narratrice qui spécialise en mieux-être et leadership utilisant des pratiques basées sur les arts. Tanika détient un diplôme en Développement international et communautaire de l’Université de Toronto et elle a animé des ateliers en partenariat avec des jeunes, des étudiants, des institutions éducatives, des compagnies privées et des organismes communautaires partout en Ontario, en Afrique en aux Caraïbes au cours des derniers 15 ans. Tanika a travaillé avec tous les conseils scolaires du Grand Toronto et avec des organisations telles Toronto Community Housing, Repaires jeunesse du Canada, et United Way. Tanika est également une poétesse de spoken word qui utilise son art dans le cadre de sa pratique pour ravitailler et réveiller le cœur des individus.

C4
Des modèles novateurs de collaboration avec des répondants pour l’établissement

Lorsqu’ils signent une application de parrainage, les répondants s’engagent à offrir un soutien à l’établissement des réfugiés parrainés. Le fait d’avoir une expertise professionnelle, des connaissances spécialisées et un accès à des ressources peut jouer un rôle complémentaire clé dans le parcours d’établissement initial des réfugiés parrainés et sur le long terme.

Comment peut-on soutenir les prestataires de services qui s’efforcent de bâtir des relations plus étroites avec les répondants des réfugiés? Quels modèles à succès de collaboration entre les prestataires de services et les répondants sont en place aujourd’hui? De quoi auriez-vous besoin pour bâtir vos capacités de favoriser des collaborations plus étroites?

Cet atelier abordera ces questions dans le but de familiariser les participants avec des manières dont les organisations ont rehaussé leurs capacités pour une meilleure collaboration entre les prestataires de services et les répondants. Puisant au travail récent d’OCASI auprès des prestataires de services et des répondants, une brève présentation des pratiques exemplaires de collaboration sera suivie de l’exploration de trois études de cas de collaboration à succès en Ontario.

Animateur

Louisa Taylor est la cofondatrice et directrice de Réfugié 613, une coalition d'agences et d'individus qui appuie la réponse d'Ottawa à la crise mondiale des réfugiés. Réfugié 613 aide à informer, à connecter et à inspirer les résidents afin d'améliorer l'établissement et l'intégration des réfugiés dans la capitale nationale. Avant cela, Laura a reçu des prix en tant qu'auteur et rédactrice. Son travail a été publié dans le magazine Ottawa Citizen, le Toronto Star et le magazine Maclean's, entre autres. Louisa est co-présidente de Welcoming Ottawa Week, un festival annuel d'événements célébrant la communauté immigrante d'Ottawa; fondatrice de @datafestOTT, qui explore les intersections entre la migration et les nouvelles technologies, et siège au comité consultatif sur l'innovation sociale, qui identifie de nouvelles idées politiques et d'intégration pour Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada.

C5
Récupérer notre espace

Une discussion ouverte et facilitée avec des pairs sur des questions et préoccupations communes. Un espace pour élaborer des stratégies; ou simplement « récupérer de l'espace ».

C6
Au-delà de l’arc-en-ciel : évaluer les espaces sécuritaires pour les nouveaux arrivants LGBTQI2S asiatiques

L’objectif de cet atelier interactif est de partager notre savoir après plus de 20 ans de travail auprès des membres des communautés LGBTQ+ de l’Asie de l’est et du sud-est de 1ère et 2ème génération.

Nous invitons les participants des organismes de service aux immigrants à se pencher sur ces questions et à y répondre :

  • Qu’est-ce que cela veut dire vraiment, que d’être « LGBTQ+ friendly »?
  • Qu’est-ce que cela signifie, un espace sécuritaire pour les personnes LGBTQ+?

L’atelier interactif inclura une activité brise-glace dont le thème est la lutte aux oppressions, ainsi que des vidéos courtes (sur les jeunes allosexuels asiatiques et sur le thème Trans 101), et une activité sur la sortie du placard qui parle de l’éventail LGBTQ+ dans un contexte culturel, et des identités et expressions de genre, le tout pour explorer comment l’homophobie et la transphobie se manifestent dans un contexte communautaire.

Sur le plan des résultats d’apprentissage, les participants auront une compréhension plus profonde des espaces sécuritaires pour les nouveaux arrivants LGBTQ+ qui va au-delà de mettre un autocollant au drapeau arc-en-ciel comme indice visible et de demander aux clients leur pronom préféré.

Animateurs

Noulmook Sutdhibhasilp est la Directrice générale d’ACAS depuis 2003. Elle a mené des recherches communautaires sur la santé sexuelle des travailleurs agricoles migrants ainsi que le projet Asian Men Pathways to Resiliency (sur les parcours vers la résilience chez les hommes asiatiques). Elle détient un doctorat en éducation des adultes et développement communautaire de l’OISE.

Michael Adia détient une maîtrise en travail social et il a une ample expérience dans l’offre de soutien psychosocial aux communautés LGBTQ+ et racialisées. Il est actuellement le Coordonnateur de programmes à Gay Men’s Health. Il a développé, coordonné et mis en œuvre des programmes de liaison communautaire pour des populations diverses (jeunes allosexuels, des hommes asiatiques gais, bisexuels ou HSH et des femmes trans) pour améliorer leur santé sexuelle et leur mieux-être en général.

C7
Combattre le racisme envers les Noirs : des stratégies pour éduquer les Canadiens noirs d’origine immigrante

Le but de cet atelier est d’apprendre aux participants l’utilisation de pratiques gagnantes pour combattre le racisme envers les Noirs dans leur communauté, au milieu de travail, aux écoles et dans tout autre environnement où ils pourraient faire face à cette forme de racisme. À la fin de cette présentation, les participants seront mieux outillés pour comprendre l’origine et la persistance de stéréotypes racistes ciblant les Noirs et pour mettre en application des stratégies et des pratiques gagnantes contre le racisme envers les Noirs.

Les méthodes suivantes seront utilisées : des études de cas, des discussions en petits groupes, des analyses et un sommaire des études les plus récentes. Les participants écriront des messages pratiques en vue de leurs arguments oraux.

Animateur

Lumembo Tshiswaka est né à la République Démocratique du Congo. Il s’est établi au Canada avec sa famille en 2002. Formé en sociologie, démographie, technologie statistique, gestion de sondages et théologie, Lumembo est très actif dans les communautés francophones, auprès desquelles il a effectué des sondages, livré des conférences, voire performé comme comédien. Il a travaillé à OCASI pendant 8 ans et il a acquis une bonne compréhension de la théorie et de la pratique contre le racisme. Lumembo a aussi voyagé à travers le monde en Afrique, en Europe et aux Caraïbes, des endroits où il a vécu de première main ce que signifie d’être une personne noire.